top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Radio RCJ: "Un autre regard sur la réincarnation et la résurrection..."


Cette chronique est présentée par Gabrielle Halpern chaque mardi dans le journal de 12h sur la radio RCJ et vous offre un regard philosophique sur l'actualité.


« Beaucoup de philosophes affirment que l’être humain est différent des autres animaux, car il serait le seul parmi eux à avoir conscience qu’il est mortel, qu’il va mourir un jour. Il est difficile, si ce n’est impossible, de savoir si cela est vrai ou non ; les regards de certains animaux sont d’une profondeur telle qu’il semble y avoir aussi en eux cette tragique conscience. Quoiqu’il en soit, cette angoisse de la mort a conduit l’être humain à échafauder nombre de théories, et en particulier sur une vie après la mort. Résurrection et réincarnation se situent au sommet de toutes ces théories et apportent sans doute une forme d’apaisement à ceux qui ont perdu un être cher ou qui craignent la mort.

 

Mais ce n’est pas de résurrection ni de réincarnation que je souhaite vous parler aujourd’hui, en tout cas, pas vraiment. Non, je souhaite partager avec vous une phrase qui m’a interpellée au creux d’un livre qui me bouleverse profondément et que je vous invite à lire : « A pas aveugles de par le monde » de l’écrivain Leïb Rochman. En yiddish, le titre de cet ouvrage est « Mit blinde trit iber der erd » ; ce monument de la littérature yiddish a été traduit par Rachel Ertel et je crois que c’est le livre le plus poignant, le plus bouleversant qui ait été écrit sur la Shoah. J’ose le dire, ce livre est douloureux, il fait même très mal à son lecteur, mais nous n’avons pas le droit de ne pas le lire. La langue avec laquelle il est écrit est inédite, comme s’il avait fallu inventer une langue singulière pour exprimer l’indicible. Aharon Appelfeld qui a écrit sa préface dira d’ailleurs de Leïb Rochman : « il a donné naissance à une prose nouvelle, dont la signification concrète est une phrase nouvelle ».

 

Cela étant dit, voici la phrase que je voulais partager avec vous : « Chacun, dans son unique vie, se réincarne en lui-même à de multiples reprises. Si l’on mettait face-à-face celui d’hier et celui d’aujourd’hui, il ne le supporterait pas. Pas un jour ». Contrairement à ce que beaucoup pensent, l’identité d’un être humain n’existe pas. Penser qu’il y a un noyau dur, intangible, immuable qui demeure tout au long d’une vie est une illusion. L’identité est une vérité provisoire. Nous naissons, nous grandissons, nous vivons des instants heureux, des chagrins incommensurables et des expériences douloureuses, nous faisons des rencontres qui relèvent de la grâce et d’autres qui menacent de nous détruire, nous éprouvons des bouleversements tragiques ; tout cela constitue autant de morts et de renaissances qui font de notre vie ici-bas une suite de réincarnations. La vie n’est pas autre chose qu’une puissante et permanente métamorphose de soi. Tout notre défi en tant qu’être humain sera de trouver à chaque fois la force de nous réincarner ».


@Tous droits réservés


Comentarios


bottom of page