top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Tribune dans L'Opinion: "Monsieur le Premier ministre, nous n’avons plus de citoyens!" - Discours de politique générale de Gabriel Attal


A l'occasion du discours de politique générale du premier Ministre, Gabrielle Attal, la philosophe Gabrielle Halpern a pris la parole dans le journal L'Opinion, au travers d'une tribune, afin d'apporter son analyse sur le contexte politique et social dans lequel se trouve la France.


"Aristote définissait l’objet principal de la politique comme le fait de "créer l’amitié entre les membres de la Cité". Il est intéressant de le rappeler, surtout en ce moment, car on pourrait prêter mille fonctions au politique, mais rien ne pourra être fait ni engagé s’il n’y a pas d’abord une amitié rendant possible l’envie d’un projet commun. Lorsqu’il est question de démocratie, c’est le rapport du peuple au pouvoir, et inversement, qui est pensé, mais n’est-il pas temps de penser les rapports des citoyens entre eux? Il est là, le défi démocratique aujourd’hui! Aucun plan de relance, aucune transition écologique, aucun choc des savoirs, aucune réindustrialisation, aucune refondation, aucun grand débat national ne fonctionneront si cette amitié n’est pas là…", Gabrielle Halpern 

""Nous avons des physiciens, des géomètres, des chimistes, des astronomes, des poètes, des musiciens, des peintres ; nous n’avons plus de citoyens", écrivait Jean-Jacques Rousseau, en 1749. Au-delà de l’art de la formule, ce triste constat a de quoi nous faire réfléchir encore, puisqu’en 2024, notre pays ne semble pas vraiment avoir changé par rapport à celui qu’a connu le philosophe. Chaque élection, qu’elle soit locale, nationale ou européenne, fait rejaillir les corporatismes et les entre-soi, dans une lutte égoïste d’intérêts particuliers. « Qu’est-ce que vous allez faire pour moi ? », demandent dans des émissions politiques cet enseignant, cette infirmière, ce chef d’entreprise, cet étudiant ou encore ce retraité à chaque candidat qui a l’ambition d’exercer des responsabilités, comme si la politique se définissait comme l’art de satisfaire les besoins individuels", Gabrielle Halpern 


Comments


bottom of page