top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Conférence de Gabrielle Halpern aux Rencontres de Global Travel & Tourism Partnership France (GTTP)

Dernière mise à jour : 4 avr.



A l'occasion de ses Troisièmes Rencontres à Dijon, GTTP France a convié la philosophe Gabrielle Halpern. Cette année, le Global Travel & Tourism Partnership a choisi comme thématique: "Oser le Tourisme, c’est oser l’hospitalité !". Gabrielle Halpern a tenu une conférence, afin de partager avec les élèves, les enseignants et les professionnels du tourisme ses travaux de recherche en philosophie sur l'hybridation et leurs implication en matière de tourisme et d'hospitalité des territoires et des acteurs.




"Face aux grosses questions philosophiques à majuscule comme la Liberté, la Justice, le Bonheur, la Nature ou la Vérité, l’hospitalité pourrait sembler une intruse au visage pâle… Elle ne figure pas au programme de philosophie de terminale, et pourtant, elle constitue à mes yeux une grande question philosophique, à la fois universelle et atemporelle. S’interroger sur l’hospitalité, c’est s’interroger sur la relation à l’autre ; or, dans la vie, le sujet, l’enjeu, - pour ne pas dire le problème -, c’est toujours la relation à l’autre ! Elle interroge aussi la question des frontières, du seuil, du dedans et du dehors, de l’étranger et du familier, du don et de la dépendance. L’hospitalité fait aussi référence au don sans contrepartie, au geste gratuit ; dans une société comme la nôtre, est-elle encore possible ? L’hospitalité est à la fois très naturelle et très artificielle ; elle nécessite une éducation. C’est parce que l’enfant, tout petit, voit ses parents accueillir leurs hôtes, prendre du temps pour eux, leur offrir le meilleur et les honorer – par une série de rituels, de symboles, de conventions sociales qui ont tout simplement codifié l’altruisme, et plus précisément la sollicitude -, que l’enfant, plus tard, saura accueillir ses propres hôtes. Il y a beaucoup de gens qui ne savent pas inviter, qui ne savent ni recevoir ni accueillir et l’on oublie que l’hospitalité nécessite un apprentissage", Gabrielle Halpern.

"Si de nombreux territoires, - et à travers eux, leurs élus locaux -, mettent en avant l’idée d’attractivité, il peut être intéressant d’introduire et de promouvoir une autre notion : celle de l’hospitalité, qui ne saurait se confondre avec la première. En effet, l’attractivité d’un territoire se construit par une juxtaposition de points d’attraction, qui sont peu souvent reliés entre eux, voire qui peuvent entrer dans une forme de concurrence au sein d’un territoire pluriel et qui peuvent également masquer ou mettre absurdement dans l’ombre d’autres entités structurantes du territoire. Avec l’idée de l’hospitalité s’ouvre un autre état d’esprit : celui d’un maillage de tous les acteurs du territoire et donc d’une égale possibilité et responsabilité de chacun à jouer un rôle en tant que « vitrine territoriale ». Avec l’idée de l’hospitalité s’ouvre un autre ensemble de rites en vertu duquel ceux qui accueillent et ceux qui sont accueillis, - qu’ils s’agissent d’entreprises, d’étudiants, de touristes ou encore d’artistes -, s’engagent dans une responsabilité réciproque", Gabrielle Halpern

"Le tourisme est par définition un monde hybride, relevant de l’économie, de la culture, de l’art, de la mobilité, du bien-être, du social, de la gastronomie ou encore de l’aménagement territorial. Penser le tourisme comme un secteur, c’est donc passer complètement à côté de ce qu’il peut représenter[1] ! Le tourisme recèle une singularité : il est un miroir de notre société, de ses transformations, de ses fractures, de ses angoisses, de ses fantasmes, de ses angles morts. Tels des microcosmes, un café, un restaurant, un hôtel, un musée ne sont-ils pas les réceptacles de toute la comédie humaine ? Depuis quelques années, les technologies, les nouvelles attentes des consommateurs et des citoyens en matière de produits, de services et d’expériences ou encore la prise de conscience écologique, conduisent à d’importants bouleversements du secteur. Les différentes crises récentes, - la crise sanitaire, la crise énergétique -, ont accéléré ou vont accélérer certaines mutations", Gabrielle Halpern

[1] Gabrielle Halpern, « Penser l’hospitalité », Editions de l’Aube, 2022 (coécrit avec Cyril Aouzerate).




Comments


bottom of page