Rechercher
  • gabriellehalpern

Philosopher, c'est apprendre à vivre et à mourir... Clin d'oeil avant le Bac Philo!



Demain, toute une génération passera la fameuse épreuve du baccalauréat de philosophie! Cette épreuve a beau s'inscrire dans le rite initiatique classique que constitue le baccalauréat, elle n'en constitue pas moins une épreuve à part. Une épreuve différente de toutes les autres. Tout le monde se souvient de son baccalauréat de philosophie! Personne n'oublie la note qu'il a eue à cet examen. Pourquoi sommes-nous autant marqués par cet examen?


Peut-être parce que la philosophie n'est pas une "matière" comme les autres. D'ailleurs, il ne s'agit pas d'une matière. Il ne s'agit pas d'une discipline non plus. Il s'agit encore moins d'une science. Ni science humaine, ni science exacte. La philosophie échappe à toutes nos classifications... Mais nous n'échappons pas à la philosophie! Nous ne pouvons pas contourner, esquiver les questions qu'elle nous pose: sommes-nous vraiment libres? En quoi sommes-nous supérieurs aux autres animaux? Discuter, est-ce renoncer à la violence? Sommes-nous responsables de l'avenir? Comprendre, est-ce pardonner? Ces questions sont universelles, atemporelles ; elles se sont toujours posées et ne cesseront jamais de se poser.


Nous avons beau faire les progrès techniques, technologiques les plus spectaculaires, nous avons beau marcher sur la lune et planter des arbres dans le métavers, nous n’échapperons jamais à ces questions qui se poseront tant que l’être humain sera humain. La philosophie nous rappelle à notre humanité, à ce qu’il y a de plus enfoui, de plus sacré aussi, en nous. Elle nous rappelle qu’il y aura toujours des questions à se poser et que, s’il y a une chose qui nous distingue des autres animaux, c’est peut-être cette capacité magnifique que nous avons de nous poser des questions.


La philosophie, ce n’est pas une question d’être intelligent ou non ; c’est juste la capacité à se poser des questions et les questions… Tout le monde a le droit et même le devoir de s’en poser ! Non, la philosophie n’est pas réservée à une élite. La liberté, l’amour, le temps, l’expérience, la mort, le bonheur, la vie sont des questions universelles que tous les êtres humains se posent, à 5 ans, à 40 ou à 100 ans.


Si Montaigne disait que philosopher, c’est apprendre à mourir, Spinoza disait que philosopher, c’est apprendre à vivre. Ils avaient tous les deux raison et c’est parce qu’ils avaient tous les deux raison que nous sommes marqués pour toujours par nos études de philosophie ! Et si la note au baccalauréat n’a pas été à la mesure du travail et de l’effort fourni, comme Sisyphe, ne renonçons pas et reprenons notre ouvrage : il y a encore mille questions qui nous attendent !


Bon courage à tous les élèves de Terminale !