Rechercher
  • gabriellehalpern

Note Fondation Jean Jaurès: Pour une véritable hybridation générationnelle!

Dernière mise à jour : 12 mars



Note de la philosophe Gabrielle Halpern publiée par la Fondation Jean Jaurès


Savez-vous comment on dit « retraite » en espagnol ? « Jubilacion » ! Un mot dont l’étymologie latine nous indique qu’il s’agit d’un « chant d’allégresse ». Rien à voir, donc, avec notre terme français de « retraite », que la féroce étymologie latine associe à l’action de « retirer ». Une langue est toujours également une vision du monde… Mais comment pouvons-nous accepter que ce soit ce terme qui exprime notre vision du rôle et de la place d’une part croissante de notre population ? Cette idée de retrait est terrible ; l’expression de « maisons de « retraite » » est tellement effroyable qu’il est fou que nous ayons eu l’idée de les nommer ainsi. Le sigle impersonnel et froid « EHPAD » n’arrange pas les choses. Pourquoi « retirer » ces générations de notre société ? Pourquoi parlons-nous toute la journée d’inclusion, de mixité sociale, - alors que très souvent, malheureusement, ce qui est fait en ce sens relève plutôt de la « juxtaposition sociale », c’est-à-dire que les individus coexistent, mais ne se rencontrent pas -, et avons-nous tant de mal à embrasser les personnes âgées dans notre société ? Quand prendrons-nous enfin au sérieux le grand défi de l’hybridation générationnelle[1] ?


On entend parler toute la journée de la transition écologique et de la transition numérique, alors qu’une transition avance à grands pas dans notre angle mort : la transition démographique, avec le vieillissement de la population. En 2060, un tiers de la population française aura plus de 60 ans[2]. C’est une véritable révolution qui nous attend et, pourtant, personne n’en parle. Silence de mort des politiques et de leurs programmes électoraux ou plans d’action, inaction du monde économique, qui préfère enfermer le sujet dans une case toute faite « silver economy », - comme s’il s’agissait d’un secteur d’activité spécifique, qui ne concernait que quelques entreprises -, alors que cette transition démographique concerne toutes les entreprises et tous les secteurs, ainsi que toutes les politiques publiques, sans exception[3]. Dans les entreprises, il y a des directions en charge de la transition numérique, d’autres, du développement durable, mais pour la transition démographique, il n’y a aucune réflexion. Il faudrait pourtant se demander ce que pourrait être une entreprise intergénérationnelle…Et une société intergénérationnelle ? L’aménagement urbain, les services publics, les produits, l’immobilier, le travail, les loisirs, les mobilités ou encore les usages : tout doit être repensé, tout doit être réinventé, parce que la transition démographique[4] va fortement bouleverser notre société.


Or, on nous parle en termes de “génération”, de « grand âge », de « seniors » ; il y a “les anciens”, il y a “les jeunes”. Cela donne l’illusion que, finalement, il y a les uns, d’un côté et les autres, d’un autre côté. Dans les programmes politiques des candidats aux élections locales et nationales, il existe des segments électoraux avec des mesures pour les personnes âgées, d’autres pour les jeunes. Une forme de marketing politique, qui conduit à un marketing public, avec des politiques publiques catégorielles, fracturant le corps citoyen en plusieurs morceaux. A force de catégoriser les populations, les décideurs publics et privés créent des fractures entre les générations et conduisent à une société en silos. Arrêtons avec les cases ! Il est troublant, lorsque l’on relit le discours à la jeunesse de Jean Jaurès, de constater qu’il lui adresse des mots que l’on croirait destinés à tous, y compris à la vieillesse ! N’est-ce pas paradoxal ? Non, et si cela était perçu comme tel, ce serait terriblement triste ! Jaurès va du particulier au général, du singulier à l’universel, de l’identité à l’altérité et il est peut-être là le vrai rôle du politique. Nous avons besoin d’une politique publique hybride, non pas destinée au “grand âge” seulement, mais à l’hybridation générationnelle !

[1] Gabrielle Halpern, Tous centaures ! Eloge de l’hybridation, Le Pommier, 2020. [2] https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281151 [3] https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-hybridation-generationnelle-au-coeur-des-entreprises-et-des-politiques-publiques-861520.html [4] https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-hybridation-generationnelle-au-coeur-des-entreprises-et-des-politiques-publiques-861520.html


Lire la suite de la note: https://www.jean-jaures.org/publication/pour-une-veritable-hybridation-generationnelle/