top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

"L’enjeu est de créer des liens" - Interview de Gabrielle Halpern dans La Tribune Occitanie-Montpellier



La philosophe Gabrielle Halpern a accordé une interview à La Tribune Occitanie-Montpellier à l'occasion de la conférence de presse officialisant le fait qu'elle est "philosophe en résidence" à la Cité de l'économie et des métiers de demain de la région Occitanie, située à Montpellier.


Ce lieu, - incarnation de l'idée d'hybridation construite et défendue par la philosophe -, l'accueille depuis près de six mois pour le développement de ses travaux de recherche sur le territoire.


La Cité de l’Economie et des Métiers de Demain est un lieu ouvert, dédié à la prospective, l’expérimentation et l’innovation qui inspire les politiques publiques de la Région Occitanie et qui mobilise des acteurs du territoire (entreprises, associations, chercheurs, etc.) pour expérimenter des solutions permettant de répondre aux grandes transitions. Au-delà des sujets économiques et des défis à relever (climatiques, géopolitiques, technologiques), il en est un, éminemment humain, qui est celui du lien qui nous rassemble, pour faire société.


En tant que résidente de la Cité, Gabrielle Halpern observe dans le potentiel de ce projet de territoire un levier pour travailler ce lien de manière moderne, différenciante : penser le territoire, par le territoire, pour le territoire. Ce faisant, elle va à la rencontre de ses parties prenantes, de nombreux acteurs du territoire et sillonne la région.




"Il m'arrive souvent de mener des travaux de recherche en partenariat avec une institution, une collectivité, une fédération professionnelle. Mais le côté « philosophe en résidence », c'est la première fois", Gabrielle Halpern

"La Cité est à la fois un temps et un espace qui entend créer ces ponts, réunir des artistes, des chefs d'entreprises, des associations, des salariés, des administrations,... Autant de gens qui peuvent avoir du mal à parler la même langue. Or il me semble que l'on crève de ces silos, de ces cases dans lesquelles on s'enferme. On a besoin de lieux tiers qui vont permettre d'accueillir ces dialogues et faire œuvre d'hybridation (...). Malheureusement, par exemple, le gouffre entre le monde de la recherche et le monde économique est encore immense, en raison de préjugés, d'imaginaires différents, souvent d'un certain mépris réciproque, d'une temporalité qui n'est pas la même... Cette philosophie de l'hybridation vient les bousculer car elle met un coup de projecteur sur les frontières artificielles et absurdes entre les générations, les secteurs d'activités, etc. On passe notre temps à découper les corps citoyens et les territoires en morceaux - cœur de ville, banlieue, ruralité - comme si la France était une juxtaposition de lieux, de métiers, de secteurs ! Tout l'enjeu est de créer des liens, quitte à transgresser nos petites frontières physiques et mentales. Sur la parité, l'inclusion, les séniors, les manières de repenser de travail, il va falloir expérimenter cet état d'esprit du chercheur et tenter des choses comme dans un laboratoire", Gabrielle Halpern

"Les philosophes sont souvent hors sol, déconnectés de la réalité. Je ne veux pas, pour ma part, être dans de grands concepts à majuscule comme la liberté ou le bonheur. Ce qui m'intéresse, c'est comment ces grands concepts se lient avec la réalité et un territoire : c'est quoi le travail de demain, la liberté d'un salarié, le rapport à la nature versus les défis technologiques, mais dans un territoire donné, qui a ses propres défis", Gabrielle Halpern


@DR La philosophe Gabrielle Halpern durant la conférence de presse à la Cité de l'économie et des métiers de demain de la région Occitanie, située à Montpellier.



Comments


bottom of page