top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Conférence de la philosophe Gabrielle Halpern à l'occasion de la remise des Trophées de l’Union régionale des Scop et Scic Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon



La philosophe Gabrielle Halpern a été invitée par l’Union régionale des Scop et Scic Auvergne-Rhône-Alpes, à l'occasion de sa soirée de remise des Trophées de la 3ème édition de l'appel à projets Prémices.coop.


"Notre société crève des silos qui nous divisent, des étiquettes que nous passons nos vies à coller sur les uns et les autres, des cases où nous enfermons les autres et où nous nous enfermons. Nous avons passé des siècles à voir le monde d'une manière morcelée, cela a influé sur notre organisation du travail, sur nos industries, sur nos formations, sur nos politiques publiques, sur l’organisation de nos filières ou encore sur nos territoires. Il est temps de réinventer le mythe du centaure et d'apprendre à apprivoiser notre angoisse de l'hybridation. Il est temps d’apprendre à hybrider les mondes ! Et si l’on réinventait notre manière de travailler, de concevoir nos industries, de penser nos territoires ? Et si nous apprenions à devenir des centaures ?", Gabrielle Halpern

"Changer le monde, - ou du moins, le réparer -, ne repose pas sur les épaules de quelques-uns et c’est précisément parce que cette responsabilité incombe à tous qu’il nous faut nous lier les uns les autres pour y parvenir. Tant que chaque acteur restera enfermé dans sa case, il n’y aura pas de réparation du monde. Tant que chaque acteur de la Cité n’assumera pas sa responsabilité partenariale, il n’y aura pas de contrat social. Demain, on évaluera une entreprise, une association, une école, un hôtel, une usine ou encore un restaurant par rapport à sa capacité à jouer un rôle de point de repère pour son territoire, à créer des ponts entre les mondes, à cultiver des maillages et des écosystèmes ; autrement dit, par rapport à sa capacité à « hybrider » [1] et à « s’hybrider »", Gabrielle Halpern

[1] Gabrielle Halpern, « Tous centaures ! Eloge de l’hybridation », Le Pommier, 2020.





 

Comments


bottom of page