top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Colloque de l'Union Nationale des Entreprises Adaptées: "Repenser l'inclusion"

Dernière mise à jour : 14 juin


La philosophe Gabrielle Halpern est intervenue tant que Grand Témoin en clôture du Colloque de l'Union Nationale des Entreprises Adaptées, qui avait lieu au Ministère de l'Economie et des Finances. Elle a apporté sa vision du handicap et la manière de repenser notre société pour qu'elle l'accueille véritablement.


"Quand un enfant naît dans une famille, est-ce vraiment d’inclusion, d’insertion ou d’intégration dont on parle? Non! Et pour cause : quand un enfant naît, il métamorphose tout : les rapports de force, les identités de chacun, les interactions entre les parties prenantes, les relations extérieures, les regards que l’on se porte et que l’on ne se porte pas ou encore la manière dont on se situe les uns par rapport aux autres. Il n’y a pas intégration, insertion ou inclusion… Il y a hybridation[1] ! C’est-à-dire qu’il y a une rencontre, qui conduit chacun à sortir de soi-même. Si nous prenons l’image du Centaure, - figure de l’hybridation par excellence -, c’est précisément ce qui s’est joué : l’humain et le cheval ont dû faire un pas de côté pour créer cette tierce-figure fédératrice qu’est le centaure. Oui, il n’y a rencontre que lorsqu’il y a métamorphose de toutes les parties", Gabrielle Halpern


S’agissant des personnes en situation de handicap, qu’il soit physique ou mental, il serait terrible de se contenter de les inclure, comme s’ils devaient se contenter de la place qu’on voudra bien leur laisser, - en prenant à leur compte tout l’effort de l’adaptation -, pourvu que cela ne change rien à nos pratiques. Il nous faut comprendre que le vrai défi est notre capacité à accepter de faire un pas de côté et de sortir de nos bonnes vieilles cases. Le collectif est trop souvent synonyme de « pulsion d’homogénéité » : autrement dit, une personne est intégrée dans la mesure où elle s’homogénéise à l’existantet ainsi coupons-nous les pattes de tous nos moutons à cinq pattes. Au nom de la sacro-sainte « culture d’entreprise », nous créons des clones, parce que nous ne supportons pas l’angoisse engendrée par ce qui est différent de nous. Est-ce cela « l’intelligence collective » ?", Gabrielle Halpern

[1] Gabrielle Halpern, « Tous centaures ! Eloge de l’hybridation », Le Pommier, 2020, Gabrielle Halpern


Comments


bottom of page