top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Interview de Gabrielle HALPERN sur C8 "Envie d'agir": "Le philosophe doit s'engager dans la Cité!"

Dernière mise à jour : 20 févr.


Invitée par Jaleh Bardea dans l'émission "Envie d'agir" sur C8, la philosophe Gabrielle HALPERN a expliqué son engagement philosophique et les raisons pour lesquelles elle s'est intéressée à la question de l'hybridation, à travers ses travaux de recherche.


"Notre société crève des silos qui nous divisent, des étiquettes que nous passons nos vies à coller sur les uns et les autres, des cases où nous enfermons les autres et où nous nous enfermons.Nous avons passé des siècles à voir le monde d'une manière morcelée, cela a influé sur notre organisation du travail, sur nos industries, sur nos arts, sur le développement de nos sciences et de nos technologies, sur nos formations, sur nos politiques publiques, sur l’organisation de nos filières ou encore sur nos territoires. Il est temps d’apprendre à hybrider les mondes! Pour y parvenir, il faudra que chacun d’entre nous ait le courage de transgresser ses propres frontières et celles qui ont été absurdement instaurées entre les êtres, entre les métiers, entre les secteurs, entre les sciences, entre les arts, entre les mondes…" , Gabrielle Halpern

"Savez-vous comment on dit « retraite » en espagnol ? « Jubilacion »… Un mot qui signifiait originellement un « chant d’allégresse ». Rien à voir, donc, avec notre terme français de « retraite », que la féroce étymologie latine associe à l’action de « retirer ». Mais comment pouvons-nous accepter que ce soit ce terme qui exprime notre vision du rôle et de la place d’une part croissante de la population ? Cette idée de retrait est terrible ; l’expression de « maisons de retraite » est tellement effroyable qu’il est fou que nous ayons eu l’idée de les nommer ainsi. Le sigle impersonnel et froid « EHPAD » n’arrange pas les choses. Pourquoi « retirer » ces générations de notre société ? Pourquoi avons-nous tant de mal à embrasser les personnes âgées dans notre société ? Quand prendrons-nous enfin au sérieux le grand défi de l’hybridation générationnelle? Pourquoi avons-nous toujours besoin de ranger les gens, les choses, les métiers, les générations, les produits, les services, les usages, dans des cases ? Ne voyons-nous pas que ces étiquettes que nous croyons rassurantes et que nous passons nos vies à coller sur les autres et sur les choses, nous font complètement passer à côté de la réalité du monde ? Ne comprenons-nous pas qu’elles nous conduisent, malgré nous, à faire mal à cette réalité, en la découpant en morceaux ?", Gabrielle Halpern

"Hybridons les maisons de retraite avec les musées, les écoles, les restaurants, les jardins-potagers, les salles de sport, les crèches, les incubateurs de startup ou encore les théâtres, pour qu’elles accueillent d’autres publics, pour qu’elles soient des lieux de vie, des terrains d’apprentissage, des leviers de rencontres et de croisement. Pour que les personnes âgées n’aient plus à se retirer du monde, nous allons devoir innover pour qu’elles restent, pour qu’elles reviennent. Et ces maisons de retraite se transformeront en "maisons de jubilation" !," Gabrielle Halpern

Retrouvez dans la bande dessinée "La Fable du centaure" et dans d'autres ouvrages les propos et la vision de la philosophe Gabrielle Halpern...







Comments


bottom of page