top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

"ChatGPT ne remplacera jamais l'apprentissage des langues ni les traducteurs", selon la philosophe Gabrielle Halpern



La philosophe Gabrielle HALPERN propose tous les mois, aux côtés de la journaliste Laurence Goldman, un atelier de philosophie sur Radio RCJ autour d'une grande notion d'actualité.


Aujourd'hui, il s'agit d'aborder la question des langues et leur rôle dans la société... Gabrielle Halpern est aux côtés de l’écrivain et traducteur, Valérie Zenatti, et du traducteur et éditeur, Gilles Rozier.


"A quoi sert un traducteur? Le traducteur est semblable à un centaure, qui n’entre dans aucune de nos cases. Il n’est pas vraiment écrivain, même s’il un rôle d’écriture. Il est impossible de coller une étiquette sur un traducteur, ni de lui attribuer une identité. Il n’entre dans aucune case, précisément parce que son rôle est de faire dialoguer les cases ! Comme cette figure hybride du centaure, il a ce rôle héroïque, parfois douloureux, de passeur entre des mondes et des visions du monde radicalement différents ; il construit des ponts entre des langues, des passerelles entre des repères, entre des imaginaires. Il a cette responsabilité de percer les frontières, de les rendre poreuses et traversables… Il a cette mission d’hybrider. En allemand, les mots pour dire « traduction », - Übersetzung et Übertragung -, expriment un passage ou un transport au-delà, de l'autre côté[1]. En hébreu, le mot « traduction » se dit « targoum », avec l’idée sous-jacente de « cible » : c’est bien l’image du centaure avec son arc et sa flèche qui s’apparente à celle du traducteur.  Comme le disait Kazuyoshi Yoshikawa[2], le traducteur de Proust en japonais, la traduction doit être assumée comme « transformation », parce que « traduire, c’est trahir, mais pour être plus fidèle à l’original ». Elle doit être assumée comme hybridation, parce que la littérature étouffe dans les cases et ne peut survivre que dans les métamorphoses. Sans les traducteurs en littérature, sans les interprètes à l’opéra, les chefs d’œuvre ne pourraient pas traverser les frontières !", Gabrielle Halpern

"Chat GPT voudrait nous faire croire que nous n'aurons plus besoin d'apprendre d'autres langues et que le métier de traducteur va disparaître... Mais jamais l'intelligence artificielle générative ne pourra vraiment remplacer les traducteurs, car l'art de la traduction n'est pas la simple traduction de mots, il s'agit de traduire un esprit, un imaginaire, une âme ", Gabrielle Halpern

Pour revoir l’émission en entier : https://www.youtube.com/watch?v=dQgS78j4U2w

Comments


bottom of page