top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Radio RCJ: Quand une amitié se transforme en livre...


Cette chronique est présentée par Gabrielle Halpern chaque mardi dans le journal de 12h sur la radio RCJ et vous offre un regard philosophique sur l'actualité.


Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je souhaiterais partager avec vous ma joie de publier un nouvel ouvrage : « Et si le monde était un opéra ? ». Je l’ai coécrit avec l’extraordinaire mezzo-soprano, Marina Viotti avec qui j’étudiais la philosophie sur les bancs des classes préparatoires du Lycée du Parc, à Lyon, de telle sorte que ce livre est d’abord le fruit d’une belle amitié, qui a traversé les années. Pour tout vous avouer, je ne connaissais pas grand-chose à l’opéra, même si j’avais l’intuition qu’il s’agissait d’un art complètement hybride, qui échappe aux cases dans lesquelles on voudrait le ranger… Et l’écriture de ce livre a été l’occasion de découvrir ce monde, dont Marina Viotti m’a montré les coulisses. L’opéra peut sembler à certains un art élitiste et désuet, et pourtant, tous ces textes nous parlent de nous, de notre société, de nos angoisses, de nos désirs, de nos fantasmes, de nos imaginaires, de nos lâchetés et de nos grandeurs. A l’opéra, chacun a son rôle, mais aucun rôle n’a de sens indépendamment des autres ; un peu comme une métaphore de nos vies… Si beaucoup d’entre nous vivent actuellement une perte de sens, n’est-ce pas lié à cette perte de l’altérité ?


Par ce livre, nous avons souhaité montrer toute la richesse de l’opéra, et au-delà de l’art et de la culture, et l’impérieuse nécessité de l’instiller, de les instiller dans toutes les sphères de notre société, à l’école, à l’hôpital, dans les crèches, les maisons de retraite, les sièges sociaux des entreprises, les usines, les laboratoires de recherche et les exploitations agricoles ! Il est fini le temps où une école était une école, un théâtre était un théâtre, un restaurant était un restaurant, un bureau était un bureau, un opéra était un opéra… Même si un chat restera toujours un chat ! Il est temps d’ouvrir les mondes, de fabriquer des brèches, de créer des ponts entre les mondes !


On sous-estime la capacité des lieux et des moments, comme un spectacle d’opéra, à provoquer des rencontres, à susciter des idées nouvelles, à embrasser de nouveaux rôles… Mais encore faut-il que l’on ait le courage d’aller vers une forme de transgression, une transgression généreuse, à même de rendre poreuses les frontières absurdes que nous érigeons sans cesse entre les métiers, entre les arts, entre les disciplines, entre les êtres humains, entre les secteurs, entre les imaginaires, entre les générations ! Et si l’opéra jouait un tout autre rôle dans la Cité ? J’espère que vous aurez autant de plaisir à lire ce livre que nous en avons eu à l’écrire ! Bonne lecture !




Comentários


bottom of page