top of page
Rechercher
  • gabriellehalpern

Radio RCJ: L’hospitalité, cela s’apprend !

Dernière mise à jour : 2 janv.


Cette chronique est présentée par Gabrielle Halpern chaque mardi dans le journal de 12h sur la Radio RCJ et vous offre un regard philosophique sur l'actualité.


Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je souhaiterais partager avec vous ma joie de publier un nouvel ouvrage consacré à la question de l’hospitalité. Coécrit avec Cyril Aouizerate, cofondateur des hôtels Mama Shelter et fondateur et président de MOB Republic, le livre "Penser l’hospitalité" explore les ressorts de l’hospitalité.


Face aux grosses questions philosophiques à majuscule comme la Liberté, la Justice, le Bonheur, la Nature ou la Vérité, l’hospitalité pourrait sembler une intruse au visage pâle… Elle ne figure pas au programme de philosophie de terminale, et pourtant, elle constitue à mes yeux une grande question philosophique, à la fois universelle et atemporelle.


S’interroger sur l’hospitalité, c’est s’interroger sur la relation à l’autre ; or, dans la vie, le sujet, l’enjeu, - pour ne pas dire le problème -, c’est toujours la relation à l’autre !


Elle interroge aussi la question des frontières, du seuil, du dedans et du dehors, de l’étranger et du familier, du don et de la dépendance. L’hospitalité fait aussi référence au don sans contrepartie, au geste gratuit ; dans une société comme la nôtre, est-elle encore possible ?


L’hospitalité est à la fois très naturelle et très artificielle ; elle nécessite une éducation. C’est parce que l’enfant, tout petit, voit ses parents accueillir leurs hôtes, prendre du temps pour eux, leur offrir le meilleur et les honorer – par une série de rituels, de symboles, de conventions sociales qui ont tout simplement codifié l’altruisme, et plus précisément la sollicitude -, que l’enfant, plus tard, saura accueillir ses propres hôtes. Il y a beaucoup de gens qui ne savent pas inviter, qui ne savent ni recevoir ni accueillir et l’on oublie que l’hospitalité nécessite un apprentissage.


Qu’est-ce qui fait que je fais un peu d’espace en moi pour faire de la place à l’autre ? Sous quelles conditions suis-je capable d’accueillir l’autre ? Pour écrire sur l’hospitalité, nous sommes partis d’un terrain d’observation et d'expérimentation extraordinaire : les hôtels ! Et si un hôtel était plus qu’un hôtel ? Et s’il était à la fois un miroir et un angle mort de notre société, reflétant et cachant ses besoins, ses habitudes, ses préjugés, ses angoisses, ses fantasmes et ses métamorphoses ? S’inscrivant dans une histoire longue de l’hospitalité – qui était synonyme de sécurité et de survie pour les voyageurs –, la réinvention de l’hôtellerie peut initier un nouveau rapport au vivant et au non-vivant, à condition d’accepter de jouer un rôle inédit au sein des territoires, de la société, de la nature. Et si le secteur de l’hôtellerie était un prétexte pour penser la magnifique question de l’hospitalité ?


Sarah Bernhardt écrivait que « l’hospitalité est une qualité, faite de saveur primitive et de grandeur antique »…


Pour découvrir le livre: https://www.leslibraires.fr/livre/21412173-penser-l-hospitalite-l-artisan-hotelier-et-la--gabrielle-halpern-cyril-aouizerate-editions-de-l-aube



Pour écouter la chronique en entier, rendez-vous sur le site de RCJ: https://radiorcj.info/emissions/philosophie-gabrielle-halpern/

bottom of page