Rechercher
  • gabriellehalpern

Radio RCJ: Êtes-vous prêts à vivre des moments sans titulaire ?

Dernière mise à jour : 6 sept.


Cette chronique est présentée par Gabrielle Halpern chaque mardi dans le journal de 12h sur la radio RCJ et vous offre un regard philosophique sur l'actualité.


Aujourd’hui, alors que la rentrée vient d'avoir lieu, il serait intéressant de réfléchir à la signification des vacances...


Les vacances… Un peu d’étymologie d’abord ! Saviez-vous que le mot « vacance » vient du latin « vacans » qui signifiait « être vide, inoccupé » ? Le mot « vacant » a fait son apparition dans la langue française en 1207 pour signifier « ce qui n’a pas de titulaire », ce qui n’a pas de propriétaire… De quoi être pensif !


Les moments où nous sommes en vacances seraient-ils donc sans propriétaires ? Des moments où nous serions absents ? Ou des instants où nous n’existons pas ? Ou bien seraient-ce des instants que nous ne possédons pas ? Ou alors des moments qui ne nous posséderaient pas ?


Cela fait beaucoup de questions d’un coup, je vous l’accorde ! Alors, prenons-les une à une : dans la vie de tous les jours, nous cherchons si souvent à tout maîtriser. Et alors que nous avons le sentiment de posséder notre temps, nous prenons conscience qu’il n’en est rien et que c’est plutôt lui qui nous possède, que ces contraintes, ces agendas, ces réveils qui sonnent, ces longues aiguilles qui tournent dans nos montres, ces tartines qu’il faut se dépêcher d’avaler et ce bus qu’il faut courir pour rattraper : oui, tout cela nous possède ! Nous croyons posséder, alors que nous sommes possédés !


En vacances, il n’y a pas de propriété, il n’y a pas de titulaire. En tout cas, c’est ce que semble receler l’étymologie du mot « vacances ». Une étymologie qui se présente à nous déjà comme une petite philosophie.


Les vacances constituent peut-être le meilleur entraînement pour se défaire de nos instincts de propriétaires, nous, drôles d’animaux qui voulons tout posséder. On ne possède pas une randonnée, on ne possède pas les pirouettes dans les vagues, ni les châteaux de sable ; on ne possède pas l’instant où l’on déguste une glace à l’eau, où l’on regarde un film et où l’on fait la sieste.


Et c’est sans doute ceux qui considèrent leurs vacances comme des moments sans titulaire qui en jouissent le mieux !


"Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d'aller vers de nouveaux paysages, mais d'avoir d'autres yeux, de voir l'univers avec les yeux d'un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d'eux voit, que chacun d'eux est", disait Marcel Proust.


Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Avez-vous été prêts à vivre des moments sans titulaire ?


Pour écouter la chronique en entier, rendez-vous sur le site de RCJ: https://radiorcj.info/emissions/philosophie-gabrielle-halpern/