top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

ITW dans Business Immo: « Dans le monde du travail, il y a de véritables hybridations à l’œuvre"



La philosophe Gabrielle Halpern a accordé une longue interview au média Business Immo, afin de partager ses travaux de recherche en philosophie sur l'hybridation et leurs implications pour repenser non seulement les lieux de travail, mais plus généralement le monde du travail.


"Vous l’aurez donc compris, l’expression « travail hybride » jaillissant dans le vocabulaire

quotidien à l’aune de la crise sanitaire et signifiant « présentiel/distanciel » ou

« télétravail/bureau » n’a rien à voir avec ma philosophie de l’hybridation. C’est un peu comme les voitures dites hybrides et qui n’ont absolument rien d’hybride, puisqu’il s’agit

plutôt d’une alternance de moteurs… Dans le monde du travail, il y a en revanche de véritables hybridations à l’œuvre, qui touchent aux modèles organisationnels (des entités travaillant en mode startup tout en appartenant à un grand groupe), aux statuts (des travailleurs étant à la fois dedans et dehors), aux compétences, aux métiers ou aux fonctions (celle de DRH et celle de directeur de l’immobilier, qui se rapprochent de plus en plus), aux logiques (la fonction financière qui se rapproche de la fonction RSE pour repenser l’évaluation extra-financière de l’entreprise), etc. Toutes ces hybridations métamorphosent en profondeur le monde professionnel, qu’il s’agisse du secteur public ou du secteur privé, des grands groupes ou des startups, des générations plus jeunes ou moins jeunes. Cela provoque un grand enthousiasme, et bien évidemment quelques peurs, puisqu’il va falloir apprendre à penser le travail autrement", Gabrielle Halpern


"Beaucoup d’entreprises ont commis l’erreur de penser que l’open space allait être un levier de la collaboration. Mais qui a envie de travailler dans un tel lieu ? Et surtout, qui parvient à

travailler dans un tel lieu ? Cela a transformé le collectif de travail en « masse » où chacun est

juxtaposé à l’autre et où personne ne se rencontre vraiment. Le flex office, par esprit de rationalisation, en a rajouté une couche, en déshumanisant les bureaux. Il n’y a aucune hybridation là-dedans, mais plutôt de la fusion, de la juxtaposition ou de l’assimilation des uns par les autres… Pour qu’il y ait une véritable hybridation, il va falloir repenser les lieux pour qu’ils donnent envie de vraiment rencontrer l’autre", Gabrielle Halpern


Comments


bottom of page