top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Gabrielle Halpern, Grand témoin de l'anniversaire de l'association ADEFPAT



La philosophe Gabrielle Halpern était invitée en tant que Grand témoin à l'occasion du 40e anniversaire de l'Association ADEFPAT à Najac. L’Adefpat est une association loi 1901 créée en 1983 à l’initiative d’élus et d’acteurs économiques du Tarn et de l’Aveyron, qui accompagne la réussite des projets sur les territoires ruraux. Sa finalité est le maintien de l’activité et de l’emploi dans les zones rurales en appuyant toutes les initiatives pouvant y contribuer. Aujourd’hui, l’Adefpat intervient sur les 6 départements de la région Occitanie.


En présentant sa philosophie de l'hybridation aux participants, Gabrielle Halpern leur a fait part des nombreux échos que ses travaux de recherche pouvaient avoir avec l'action de l'Association.


"La capacité d’une entreprise, d’une association, d’une administration publique, d’une école, d’une maison de retraite, d’un restaurant, d’un théâtre, d’un hôpital ou encore d’une collectivité territoriale à se concevoir comme un écosystème responsable de la création et de la culture d’un véritable maillage territorial, culturel, social, professionnel, éducatif, sectoriel, intergénérationnel, va devenir cruciale dans les années qui viennent. Demain, ce qui fera la force d’une entreprise sera sa capacité à entraîner avec elle toute sa chaîne de valeur : fournisseurs, sous-traitants, clients, territoires, partenaires publics, investisseurs, écoles et même concurrents !


Tant que chaque acteur restera enfermé dans sa case, il n’y aura pas de réparation du monde. Tant que chaque acteur de la Cité n’assumera pas sa responsabilité partenariale, il n’y aura pas de contrat social. Demain, on évaluera une entreprise, une association, une école, un hôtel, une usine ou encore un restaurant par rapport à sa capacité à jouer un rôle de point de repère pour son territoire, à créer des ponts entre les mondes, à cultiver des maillages et des écosystèmes ; autrement dit, par rapport à sa capacité à « hybrider »[1] et à « s’hybrider »", Gabrielle Halpern.


[1] Gabrielle Halpern, « Tous centaures ! Eloge de l’hybridation », Le Pommier, 2020.



Commenti


bottom of page