top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

"Et si l'on réinventait la vieillesse?" - Conférence de Gabrielle Halpern à la mairie de Paris 7



La philosophe Gabrielle Halpern a tenu une conférence à la mairie du 7e arrondissement de Paris, à l'invitation de l'association Old'Up, dont l'objectif est de "donner du sens à l'allongement de la vie". Après sa conférence et un échange de questions-réponses avec les participants, elle leur a dédicacé ses ouvrages.


« Savez-vous comment on dit « retraite » en espagnol ? « Jubilacion »… Un mot dont l’étymologie latine nous indique qu’il s’agit d’un « chant d’allégresse ». Rien à voir, donc, avec notre terme français de « retraite », que la féroce étymologie latine associe à l’action de « retirer ». Une langue est toujours également une vision du monde…


Mais comment pouvons-nous accepter que ce soit ce terme qui exprime notre vision du rôle et de la place d’une part croissante de notre population ? Cette idée de retrait est terrible ; l’expression de « maisons de « retraite » » est tellement effroyable qu’il est fou que nous ayons eu l’idée de les nommer ainsi. Le sigle impersonnel et froid « EHPAD » n’arrange pas les choses. Pourquoi « retirer » ces générations de notre société ? Pourquoi parlons-nous toute la journée d’inclusion, de mixité sociale, - alors que très souvent, malheureusement, ce qui est fait en ce sens relève plutôt de la « juxtaposition sociale », c’est-à-dire que les individus coexistent, mais ne se rencontrent pas -, et avons-nous tant de mal à embrasser les personnes âgées dans notre société ? Quand prendrons-nous enfin au sérieux le grand défi de l’hybridation générationnelle[1] ?


La transition démographique arrive à grands pas et elle va nous obliger à repenser les villes, les mobilités, les services, les produits, les usages, les loisirs, l’immobilier ; nous devrons tout réinventer pour permettre aux personnes plus âgées de continuer à faire partie de notre société. Le travail n’y échappera pas et il faudra inventer l’entreprise intergénérationnelle. On entend sans cesse parler de mixité sociale, - alors que très souvent, malheureusement, ce qui est fait en ce sens relève plutôt de la « juxtaposition sociale », c’est-à-dire que les individus coexistent, mais ne se rencontrent pas -, il est grand temps de mettre également sur la table le sujet de l’hybridation générationnelle. Il faudra redéfinir la notion de développement durable pour qu’elle englobe également les personnes âgées, sans quoi nous nous rendrons coupables, en ne préparant pas notre société pour elles, de les condamner à l’obsolescence programmée ».

[1] Gabrielle Halpern, Tous centaures ! Eloge de l’hybridation, Le Pommier, 2020.







Comments


bottom of page