top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurgabriellehalpern

Conférence de Gabrielle Halpern pour les professionnels de la Culture de la Région Sud



La philosophe Gabrielle Halpern est intervenue en introduction des Rencontres des professionnels de la Culture de la Région Sud co-construite avec la Villa Créative Avignon Université.


(Extrait de son intervention)


"On sous-estime la capacité des lieux à provoquer des rencontres, à susciter des idées nouvelles, à embrasser de nouveaux rôles… Mais encore faut-il que ceux qui les conçoivent et les animent aient le courage d’aller vers une forme de transgression, une transgression généreuse, à même de rendre poreuses les frontières absurdes que nous érigeons sans cesse entre les métiers, entre les arts, entre les disciplines, entre les êtres humains, entre les secteurs, entre les imaginaires, entre les générations !


Il est fini le temps où une école était une école, un théâtre était un théâtre, un restaurant était un restaurant, un bureau était un bureau… Même si un chat restera toujours un chat ! Nous assistons à une démultiplication de signaux faibles autour de nous témoignant peut-être de ce que l’hybridation pourrait bien être la grande tendance du monde qui vient[1]. L’hybridation se définit comme le « mariage improbable, c’est-à-dire que c’est le fait de mettre ensemble des choses, des secteurs, des activités, des destinations, des métiers, des personnes, des usages, des compétences, des générations, des matériaux, des arts, qui, a priori n’avaient pas grand-chose à voir ensemble, voire qui pouvaient sembler contradictoires, et qui, ensemble, vont donner lieu à quelque chose de nouveau : des tiers-usages, des tiers-lieux, des tiers-objets, des tierces-économies, des tiers-modèles… L’hybridation crée de nouveaux mondes, en somme »[2]! Et peut-être de nouveaux lieux artistiques, de nouveaux arts, de nouvelles relations avec le public, de nouveaux spectacles vivants ?


Le philosophe Martin Buber écrivait que « l’homme devient je au contact du tu ». Le défi des prochaines années sera de redonner un supplément d’âme à tous nos lieux, - théâtre, école, bureau, logement, hôtel, musée, gare, aéroport, rue, hôpital, cinéma, magasin, maison de retraite -, pour en faire des lieux d’hospitalité, des lieux-points de repères, des lieux où l’on n’est pas juste juxtaposé les uns aux autres, des lieux qui nous permettent de nous sentir un tout petit peu moins seuls, un tout petit peu moins petits, médiocres et étroits, des lieux hybrides qui nous redonnent le goût de l'altérité[3]", Gabrielle Halpern


[1] Gabrielle Halpern, « Tous centaures ! Eloge de l’hybridation », Le Pommier, 2020. [2] Gabrielle Halpern, « Tous centaures ! Eloge de l’hybridation », Le Pommier, 2020. [3] Gabrielle Halpern, « Penser l’hospitalité », Editions de l’Aube, 2022 (coécrit avec Cyril Aouizerate).



@Crédits photo Université d'Avignon.


Comments


bottom of page